Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
HERPÈS : J’AI UN « NOUVEAU LOCATAIRE » DANS MA P’TITE CULOTTE ! 4/4
Le lichen scléreux et votre image corporelle : un mélange potentiellement toxique !
HERPÈS : J’AI UN « NOUVEAU LOCATAIRE » DANS MA P’TITE CULOTTE ! 3/4
Thérapie sexuelle de couple
Les bienfaits de la thérapie de couple
Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 2/4
Le psychologue, un acteur essentiel dans le traitement de la vulvodynie
Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 1/4
Pourquoi consulter un stagiaire bachelier en sexologie à la Clinique A ?
L’UQAM décerne un doctorat honoris causa au Dr Réjean Thomas
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 2/4

Comment faire pour ne pas le transmettre à mon/ma partenaire ?
PAR DANICK ROUSSEL, B.A. SEXOLOGIE

16 janvier 2018

Pour faire suite à la chronique Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! Comment reconnaitre le virus herpès simplex de type 2 ?, celle-ci est maintenant pour t’informer des moyens de prévention de transmission. Bien que M. Herpès soit un locataire avec lequel on peut arriver à bien vivre, tu ne veux probablement pas le voir déménager chez ton/ta partenaire.

Il existe aujourd’hui plusieurs moyens à mettre en place pour diminuer sa présence dans l’organisme et réduire significativement le risque de transmission.

Ce qui rend l’herpès contagieux

Ici, un terme important à définir : l’excrétion virale asymptomatique. Même en l’absence de lésions, le virus est toujours présent dans l’organisme. Il sort de sa cachette lorsque le système immunitaire est affaibli. Après une récurrence, il retourne en dormance — dans les ganglions sacrés pour l’herpès génital, et dans les ganglions cervicaux pour l’herpès buccal. Puis, il ressortira lorsque le système immunitaire se retrouvera affaibli de nouveau.

La personne vivant avec l’herpès génital peut donc être contagieuse sans qu’il y ait de lésions. On a calculé que dans 1 à 3 % des jours sans lésions, il y a assez de virus sur la surface de la peau de la région affectée pour le transmettre à une autre personne.

Ce qui diminue les risques de transmission de l’herpès

Cela dit, n’aie crainte ! Car il existe plusieurs méthodes pour éviter la transmission, seule ou en combinaison. Tu dois :

  1. Le dire à ton/ta partenaire : tu as probablement peur de le dire à ton/ta partenaire. Or, selon les études, les partenaires reçoivent la divulgation positivement, dans la majorité des cas. Habituellement, il/elle perçoit la personne ayant divulgué comme étant digne de confiance, cela permettant d’autant plus d’augmenter le lien d’intimité. La seule action de divulguer cette information permet de réduire le risque de moitié. De plus, le fait d’en parler ouvertement facilite considérablement la mise en place de moyens de prévention, telle que le port du condom ou l’abstinence en période de récurrence.
  2. Le port du condom : très efficace pour éviter la transmission ! Même si le site d’inoculation ne se trouve pas au niveau génital, par exemple sur une fesse, une excrétion virale peut tout de même avoir lieu au niveau génital. Le condom est donc à utiliser de façon systématique dès le début des contacts sexuels, pas juste pour la pénétration !
  3. La thérapie antivirale orale quotidienne ou traitement suppressif : non, le mot thérapie n’indique pas ici qu’il est question d’aller consulter un thérapeute pour discuter de vos disputes avec M. Herpès, ni qu’il y a un moyen pour s’en débarrasser… il est plutôt question de la prise d’un médicament antiviral de façon quotidienne, permettant de réduire significativement la présence du virus dans l’organisme, et ce, s’il est pris sérieusement, soit au moins 95 % des doses prescrites.
  4. Avoir une bonne hygiène de vie : une trop grande exposition au soleil, la cigarette et le stress affaiblissent ton système immunitaire. Ce sont tous des facteurs facilitant les périodes de récurrence et donc de contagiosité du virus de l’herpès. Et pourquoi ne pas prendre de bonnes habitudes de sommeil, d’alimentation et d’activité physique ? Cela ne fera que favoriser la force du système immunitaire en plus d’offrir bien d’autres avantages !
  5. L’abstinence en période de récurrence : lorsqu’il y a des symptômes indiquant qu’une récidive est en route (démangeaison, picotement, douleur au niveau des ganglions, etc.) ou que l’on voit l’apparition directe d’une récurrence, il vaut mieux s’abstenir. Le frottement des lésions lors des pénétrations, mêlé au stress de transmettre le virus de l’herpès à son/sa partenaire, n’est pas vraiment excitant ! Rappelle-toi que la sexualité ne se résume pas à la dimension des organes génitaux. Caresses, baisers non génitaux et enlacements peuvent très bien faire l’affaire pour quelques jours !

Plus d'information sur l'herpès

Finalement, n’hésite pas à consulter un sexologue ou un autre professionnel de la santé compétent avec lequel tu pourras discuter plus longuement de tes inquiétudes à l’égard de l’infection. En ce sens, tu es cordialement invité à prendre connaissance des services que la clinique peut t’offrir : 

  • La Clinique A offre des rendez-vous (gratuit !), avec nous, stagiaires en sexologie, pour des consultations individuelles ou de couple dans le but de te soutenir et de t’accompagner. Nous serons présents jusqu’à la mi-avril. Voir ce lien pour plus d’informations.
  • Nous offrons des groupes de soutien pour les personnes vivant avec l’herpès, en collaboration avec le CAPAHC et le portail VIH/sida du Québec. Voir plus bas pour l'horaire des ateliers.

Voilà ! Tu connais maintenant la meilleure façon d’empêcher ton locataire, M. Herpès, de déménager chez ton/ta partenaire. Et qui sait ? Un jour, on aura peut-être un vaccin pour protéger les personnes qui n’ont pas l’herpès ou guérir les personnes qui l’ont. En attendant ce moment, on se renseigne et on se protège !

Lien utile : Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 3/4 Les mythes et les croyances à ne pas croire.

Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 4/4 : Mettre fin à la surresponsabilisation et l’autoaccusation, en vivant dans l’autocompassion.

 

__________________

ATELIERS SEXOLOGIQUES 2018

Pour répondre aux besoins des personnes vivant avec l’herpès.

Animateurs : Danick Roussel et Andréanne Dupont, stagiaires en sexologie

25 janvier - Atelier 1 :
La déconstruction des mythes populaires et des stéréotypes sociaux

8 février - Atelier 2 :
Les principes et les bienfaits de la divulgation

22 février — Atelier 3 :
Les compétences liées à la divulgation

8 mars — Atelier 4 :
Une sexualité satisfaisante

22 mars — Atelier 5 :
L’apaisement de la culpabilité

5 avril — Atelier 6 :
L’acceptation du diagnostic

11 avril — Atelier 7 :
Tout ce que vous n’avez jamais osé demander sur l’herpès
Invité spécial : Dr Marc Steben

 

de 18 h 30 à 20 h 30
Au CAPAHC, 2000 rue Notre-Dame Est, suite 502 (près du métro Papineau)

 

C’est gratuit !
Communiquez avec nous à [email protected] ou au 1-844-847-4242 pour vous inscrire.
Nombre de places limité.