Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte !
Pourquoi consulter un stagiaire bachelier en sexologie à la Clinique A ?
L’UQAM décerne un doctorat honoris causa au Dr Réjean Thomas
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

L’hygiène intime, côté hommes

2 septembre 2015

Vouloir bien paraître n’est plus la chasse gardée des femmes. Un sondage réalisé pour le compte d'un détaillant de produits de luxe pour hommes nous apprend que si les femmes se regardent 16 fois par jour dans le miroir, les messieurs s’y mirent 23 fois dans la même journée!

Les produits d'hygiène pour homme : nouveau marché fructueux

« L’obsession pour l’hygiène tourne mâle », titrait récemment un article du Magazine du Monde où on explore ce nouveau « filon » commercial. La publicité leur vante toutes sortes de produits qui garantissent « la disparition des odeurs intimes » comme des déodorants dits « intégraux » qui peuvent s’utiliser tant aux aisselles, sur le torse, les pieds ou les parties intimes…

Ce marché très prometteur s’inscrit dans un courant qui, selon certains, viendrait des États-Unis, et qui serait responsable d’une augmentation de 70 % des ventes de cosmétiques pour hommes depuis 2013.

Ce qu'il ne faut pas faire

On voit apparaître de nouvelles pathologies liées à l'hygiène excessive chez certains hommes qui, pour des raisons d'activité sexuelle ou physique soutenue, ou toute autre raison, prennent 2 à 3 douches par jour ou se « savonnent » trop vigoureusement. 

Le corps humain, bien fait comme il est, est un genre d'écosystème autonettoyant. Si on lui applique trop de produits synthétiques, l'écosystème risque de se déséquilibrer, les vaisseaux sous la peau se congestionner, et peuvent surgir des symptômes ni agréables ni jolis, comme des petits points rouges sur la peau, des gerçures ou des coupures — dans ce cas, il faut consulter un médecin.

Mieux vaut éviter les déodorants ou autres produits parfumés pour la toilette des parties intimes masculines, même ceux à base d'huiles essentielles, car ils sont en général irritants, peuvent provoquer des allergies ou des intolérances, et — argument important — risquer de perturber la flore vaginale de la partenaire féminine.

Les règles d'une bonne hygiène masculine de base

  • Changer de sous-vêtements tous les jours.
  • Se laver le pénis et le gland au moins une fois par jour, en utilisant de l’eau chaude. La peau du pénis (vous l’aurez remarqué☺) est très fine, il faut donc y aller doucement.
  • Si vous n’êtes pas circoncis, il faut apporter une attention particulière à la zone située entre le prépuce et le gland, en décalottant le gland (doucement) et en le passant à l’eau chaude, pour éliminer le smegma qui s’y accumule parfois. C’est important pour éviter la croissance de micro-organismes sous le prépuce et éventuellement, les infections (la balanite, par exemple).
  • Ne pas oublier la toilette de la base du pénis et des testicules, et la zone entre la base des testicules et l’anus.
  • Toujours bien sécher l’ensemble des organes génitaux.

L'hygiène masculine et la sexualité

Le meilleur moyen d’éviter les infections, outre une bonne hygiène de base, c’est d’utiliser le condom. Il devrait être utilisé systématiquement et correctement lors de toute activité sexuelle en dehors d’une relation monogame avec un(e) partenaire non infecté(e).

Pendant le sexe, les huiles à massage non spécialisées pour les parties intimes sont à déconseiller pour cause de risque de brûlure ou d'irritation tant pour l'homme que pour la femme. Un bon lubrifiant devrait partir facilement sous l'eau, ne pas être huileux ou trop poisseux.

Une pénétration anale sans condom ne devrait jamais précéder une pénétration vaginale sans un nettoyage du pénis avec un savon doux. L'utilisation du condom permet un simple changement de préservatif entre les pénétrations.

Enlever les poils n'est pas nécessairement plus propre

Selon des données de 2014, 50 % des hommes de moins de 35 ans s’épilent, se rasent ou se tondent les poils du corps, par souci de look ou de confort, mais aussi de propreté.

Or, les poils sont utiles : autant pour les femmes que pour les hommes, ils protègent la peau de certaines bactéries et infections. Le « nettoyage » à la tondeuse ou le rasage intégral ne sont pas dangereux en soi, si le tout est fait avec les précautions qui s'imposent. Mais ils ne sont pas non plus nécessaires et ne vous rendent pas « plus propres ». Encore une fois, une bonne hygiène quotidienne de base est amplement suffisante.

Le mot de la fin

Signe des temps pour tous, hommes et femmes (voir ce billet) cherchent à éradiquer leurs odeurs intimes.

Pourtant « le désir sexuel est intimement lié à l’odorat », comme le souligne Denyse Beaulieu, journaliste d’origine québécoise et parisienne d’adoption, dans son livre Le Parfum : une histoire intime — (elle a aussi traduit en français deux des tomes de Fifty Shades of Grey). Elle déplore le fait que dans les parfums et autres produits « qui font sentir bon », des odeurs de propreté ont remplacé les odeurs animales, beaucoup plus attirantes.

Messieurs, il y aurait donc un certain désavantage à vouloir supprimer toute animalité de votre corps!

Liens utiles :
Pour en savoir plus sur l’hygiène du pénis et du gland
Hygiène intime : 15 habitudes à perdre tout de suite!