Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
HERPÈS : J’AI UN « NOUVEAU LOCATAIRE » DANS MA P’TITE CULOTTE ! 4/4
Le lichen scléreux et votre image corporelle : un mélange potentiellement toxique !
HERPÈS : J’AI UN « NOUVEAU LOCATAIRE » DANS MA P’TITE CULOTTE ! 3/4
Thérapie sexuelle de couple
Les bienfaits de la thérapie de couple
Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 2/4
Le psychologue, un acteur essentiel dans le traitement de la vulvodynie
Herpès : j’ai un « nouveau locataire » dans ma p’tite culotte ! 1/4
Pourquoi consulter un stagiaire bachelier en sexologie à la Clinique A ?
L’UQAM décerne un doctorat honoris causa au Dr Réjean Thomas
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Les bienfaits de la thérapie de couple

Par Jean-François Jodouin, PhD, Services psychologiques, Clinique A rue McGill

1 février 2018

Quand le couple est en difficulté

« On n’arrive plus à s’entendre, on se dispute tout le temps »… « Il/elle passe plus de temps sur Facebook / Netflix / PornHub / Tinder qu’avec moi »… « Nous n’avons pas fait l’amour depuis des mois »… « Il/elle m’a trompé, je ne sais plus quoi faire »… Quoi qu’en dise Disney, la vie de couple n’est pas simple !

À la différence de nos ancêtres pour qui le mariage était avant tout un arrangement pratique, l’on s’attend aujourd’hui à ce que notre conjoint soit à la fois partenaire de vie, meilleur ami, amoureux et amant — un équilibre précaire et difficile à maintenir au fil des années. Et que dire des relations polyamoureuses ? Si ces relations sont pour beaucoup ressenties comme plus authentiques, elles s’avèrent aussi plus difficiles à vivre sur le long terme, et elles nécessitent une attention particulière et constante.

Sous ces conditions, il n’est pas surprenant que beaucoup de couples au Québec soient en difficulté : après 5 ans, plus de 50 % des couples rapportent être insatisfaits de leur relation, plus de 20 % ont cessé d’avoir des rapports sexuels, et plus de 40 % ont déjà rompu.

Pourquoi une thérapie de couple ?

Beaucoup des difficultés de couple que nous rencontrons au quotidien peuvent se résoudre à deux, ou avec l’aide de nos amis et de nos familles. Toutefois, la recherche montre que les problèmes difficiles se résolvent rarement sans aide externe. Il en ressort que pour beaucoup d’entre nous, nos problèmes conjugaux sont assortis d’un sentiment de déjà-vu, d’impuissance, de désengagement ou de désespoir.

Qu’est-ce qu’une thérapie de couple ?

Précisons tout d’abord que par « couple », nous entendons ici une très large variété de relations : relations nouvelles autant qu’unions de fait et mariages, et relations entre partenaires de même sexe autant que relations hétérosexuelles.

La thérapie de couple permet d’aborder nos difficultés différemment, en s’appuyant sur une personne externe, le ou la thérapeute de couple. Ce professionnel de la santé apporte un regard nouveau sur le fonctionnement du couple, et appuie les partenaires dans les changements qu’ils désirent y apporter. Ainsi, le ou la thérapeute de couple est l’allié(e) de chacun des deux partenaires — mais surtout, il ou elle est au service des objectifs communs du couple.

Et c’est souvent là la première étape de la thérapie, définir des objectifs clairs pour lesquels les deux partenaires désirent s’engager ensemble. En voici quelques-uns : « moins se disputer »... « retrouver notre désir sexuel », « mieux s’entendre pour mieux élever nos ados », ou, quelquefois : « trouver la meilleure manière de se séparer ». Chose étonnante, il est souvent possible de s’accorder sur des objectifs concrets et motivants, même quand nous sommes en profond conflit.

Pratiquement, comment ça se passe une thérapie de couple ?

Généralement, une thérapie de couple se compose de sessions avec le ou la thérapeute et de « devoirs » à faire entre les sessions. C’est un travail souvent très pratique, qui vise à améliorer le quotidien du couple et à développer leurs capacités à surmonter ensemble les difficultés, par exemple : mieux gérer sa colère ; savoir communiquer son désaccord ou ses envies sans déclencher une réaction de l’autre ; recommencer à faire l’amour avec plaisir — et, au besoin, aborder à deux des problèmes dans sa sexualité…

Quelquefois, il est aussi nécessaire d’explorer plus profondément : suis-je en train de reproduire un comportement que j’avais avec d’autres partenaires ? Mes disputes avec mon partenaire expriment-elles une douleur que j’ai de la difficulté à dire autrement ?

Enfin, que ce soit pour rester en semble ou pour se séparer avec respect, la thérapie de couple peut être un lieu de négociation, où les deux partenaires peuvent exprimer sans jugement leurs besoins et trouver ensemble des moyens d’y répondre.

Et… ça marche la thérapie de couple ?

Souvent, oui : la majorité des couples rapportent que cette thérapie a amélioré leur quotidien. Les meilleures garanties d’une thérapie de couple réussie sont l’engagement des partenaires et leur désir d’améliorer leur relation de couple.

La Clinique A rue McGill

La Clinique A offre aux couples et aux individus des services d’intervention et de soutien psychologiques à prix réduit. Ces services visent particulièrement les personnes aux prises avec des difficultés de santé sexuelle, tels les douleurs sexuelles, les troubles de désir, la sérodifférence, l’herpès génital ou le VPH. N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir plus d’informations à ce sujet.