Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Pourquoi consulter un stagiaire bachelier en sexologie à la Clinique A ?
L’UQAM décerne un doctorat honoris causa au Dr Réjean Thomas
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?

17 décembre 2015

Il y a ceux qui attendent les Fêtes avec grand bonheur… et ceux qui sont soulagés quand c’est fini. De multiples raisons sont invoquées, par exemple des souvenirs douloureux, trop de musique quétaine et de publicité, le caractère commercial ou « païen » de fêtes qui avaient un sens autrefois… et le fait qu’à l’approche de Noël, quand on est seuls, on risque de se sentir encore plus seuls. Pas étonnant que les sites Web de rencontres atteignent des records de fréquentation à compter du 25 décembre !

Même les plus réfractaires ne peuvent le nier : les couples Internet se comptent par milliers. De plus en plus, ces sites sont perçus comme un véritable outil pour faire des rencontres bien réelles, et non seulement comme plateformes de drague virtuelle.

Qui fréquente les sites de rencontres ?

Il semble que les Canadiens et les Québécois soient des champions de la fréquentation des sites de rencontres. Aujourd’hui, le site québécois Réseau Contact compte plus de 1,6 million de membres et Québec Rencontres, 2,5 millions de membres. En 2011, un quart des Canadiens avaient déjà fréquenté un site de rencontres. Du côté des États-Unis, un chercheur de l’Université de Chicago estime qu’un tiers des couples qui se sont mariés entre 2005 et 2012 se sont rencontrés sur Internet.

Une étude du très sérieux Pew Research Center conclut ce qui suit : 10 % des 18-24 ans ont fréquenté un site de rencontres, 22 % des 25-34 ans, 17 % des 35-44 ans, 8 % des 45-54 ans, 6 % des 55-64 ans et 3 % des 65 ans et plus.

C’est devenu une industrie apparemment plus lucrative que la pornographie, qui génère plus de 1000 milliards de dollars.

Que cherche-t-on, sur les sites de rencontres en ligne ?

C’est le nœud de l’affaire. Certains recherchent l’amour, d’autres les rapports sexuels ou tout simplement l’amitié. Les experts sont d’avis qu’il est essentiel d’établir des objectifs et de les énoncer clairement, pour éviter les déceptions et quiproquos de part et d’autre.

En ce qui concerne les applications de rencontres rapides comme Tinder, souvent utilisées en vue d’aventures sexuelles d’un soir, vous pouvez même mentionner « jamais sans condom », manière de forcer la prévoyance et la prévention.

Combien de temps avant une vraie rencontre ?

Sur les sites conventionnels, selon une étude réalisée par le site Plenty of Fish, les femmes font leur première rencontre physique au bout de huit semaines, et les hommes, après dix semaines. Il semble par ailleurs que ceux et celles qui décident de fréquenter un site de rencontres en janvier auront 15 % plus de chances de rencontrer quelqu’un en vrai, selon cette même étude. Une bonne raison de respecter ses résolutions !

Le meilleur moment de l’année pour les « rencontres en ligne » ?

On constate une forte hausse de la fréquentation sur les sites de rencontres pendant la période entre Noël et la Saint-Valentin. L’augmentation commence le jour de Noël, et tourne autour de 10 %, pour atteindre, peu avant le 14 février, 25 % et même plus… Selon Match.com, le dimanche suivant le jour de l’an serait LA journée qui atteint le plus gros pic de trafic, vers 17 h et 21 h… comme si le blues du dimanche soir était pire à la fin des vacances.

Les sites de rencontres sont-ils dangereux ?

En 2004, un sondage Léger Marketing a conclu que 80 % des Canadiens étaient d’avis que la fréquentation des sites de rencontres était une activité dangereuse. De nos jours, on les compare plutôt à des « moteurs de recherche » de la personne idéale. Ils sont considérés comme une bonne façon de rencontrer des gens.

Évidemment, il y a, comme partout, des menteurs et des fraudeurs qui fréquentent ces sites. On ne parle pas des « mensonges blancs » relatifs à l’âge ou au poids, mais bien de certaines pratiques malveillantes qui peuvent avoir de fâcheuses conséquences. Voici quelques recommandations pour éviter les mauvaises rencontres.

Comment choisir un site de rencontres ?

Il faut se balader sur le Web et magasiner, en parler à nos amis navigateurs et leur demander conseil, lire les critiques et explorer les sites un par un. L’humoriste québécoise Anne-Marie Dupras tient un blogue dans lequel elle décrit ses déboires amoureux, tout en humour, évidemment. Après plus de 10 ans à fréquenter les sites, elle « commence à s’y connaître un peu », dit-elle. Elle présente un aperçu de certains sites de rencontres (avec ses commentaires plutôt rigolos) et donne de précieux conseils (sérieux !) dont celui-ci :

« L’anonymat du web permet des dérapages que vous ne verriez jamais en « live ». Soyez donc prudents quant aux informations (ceci inclut les photos !) que vous donnez. Si vous ne mettriez pas ça sur un panneau d’affichage sur l’autoroute, ne le mettez pas sur votre fiche, puisque c’est l’équivalent ou presque. Restez vague tant que vous n’êtes pas certain d’à qui vous vous adressez et surtout ne donnez jamais un premier rendez-vous ailleurs que dans un endroit public ». 

Ça résume bien les règles élémentaires de la navigation sur les sites de rencontres !

Le mot de la fin

Pourquoi les sites de rencontres ? Autrefois, les rencontres amoureuses se faisaient majoritairement par le biais de la famille, les amis, l’école et l’église. Les agences matrimoniales d’antan, puis le célèbre Minitel rose sont, en quelque sorte, les ancêtres des sites de rencontres en ligne.

Marika Jauron, psychologue, explique que « comme il y a plus de célibataires qu’avant, qu’ils sont de sont de plus en plus mobiles et qu’ils travaillent davantage, Internet constitue pour eux un moyen facile et économique de rencontrer quelqu’un ».

Bref, les rencontres en ligne, ça peut être un bon moyen pour faire des rencontres en vrai. Cependant, il ne faudrait pas oublier de fréquenter les gens qui vous entourent et qui vous aiment ! Qui sait, ils ont peut-être quelqu’un à vous présenter ?

Lien utile :
How to Make Online Dating Work, The New York Times