Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg

31 mai 2016

Absent des traités d’anatomie jusqu’à plutôt récemment, le clitoris occupait pourtant durant l’Antiquité une place de choix, puisque l’on croyait alors que plaisir féminin et fécondité étaient indissociables. Quand la science a compris qu’il servait « uniquement » à l’orgasme féminin, le clitoris est disparu (!), pour être « redécouvert » dans les années… 1950 — il y a moins de 70 ans !

Qu’est-ce que le clitoris ?

Le clitoris est un organe interne féminin, possédant trois fois plus de terminaisons nerveuses que le pénis. De l’extérieur, on ne peut apercevoir que son extrémité — le gland — qui se dissimule sous un repli de peau — le capuchon — à l’intersection supérieure des petites lèvres vaginales. « Contrairement au pénis, il s’agit d’un organe dédié exclusivement au plaisir et non à la reproduction. », comme le définit Odile Buisson, gynécologue-obstétricienne et auteure du livre  Qui a peur du point G.

La petite histoire du clitoris

Dès l’Antiquité, on sait que le clitoris joue un rôle essentiel dans le plaisir féminin. Jean-Claude Piquard, sexologue clinicien et auteur de La fabuleuse histoire du clitoris, raconte qu’au temps d’Hippocrate (env. 400 ans av. J.-C.), on croyait que la femme devait jouir pour être féconde — on croit alors que la femme possède une semence dans ses sécrétions vaginales durant le plaisir, la « cyprine », raison pour laquelle son orgasme serait essentiel à la procréation.

Jusqu’au Moyen-âge (et longtemps après, selon certains), les hommes étaient donc encouragés à faire jouir leur femme, et les médecins proposaient des traitements « pour favoriser la fertilité », comme « enduire d’huile parfumée un doigt et frotter le bouton d’amour dans un mouvement circulaire ».

Au XVIe siècle et les suivants, les planches d’anatomie semblent comprendre l’organe, y compris une partie de son parcours interne. Et Mirabeau écrira, en 1786, son fameux Le Rideau levé ou l’éducation de Laure (publié anonymement), une apologie de la masturbation et du plaisir féminins, où il fait dire à Sophie, 20 ans :

Retirez-vous, censeurs atrabilaires ;
Fuyez, dévots, hypocrites ou fous ;
Prudes, guenons, et vous, vieilles mégères :
Nos doux transports ne sont pas faits pour vous.

Petit clin d’œil : Au 19e siècle en France, la masturbation était également préconisée par certains pour soigner l’hystérie — maladie qui, croyait-on, n’affectait que les femmes, supposément associée à un blocage des « liquides sexuels ». Mais comme les femmes non mariées n’avaient pas le droit de se masturber (puritanisme oblige), les médecins se portaient volontaires et, raconte-t-on, réalisaient de très intéressants profits.

Disparition du clitoris

Une meilleure compréhension du mécanisme de la reproduction (vers les années 1850), et du constat que le clitoris, finalement… ne servait à « rien », aurait brisé le lien entre jouissance et fertilité et rejeté le clitoris dans l’oubli, suivi d’un certain obscurantisme à son égard. Les puritanismes religieux interdisant le coït sans volonté de procréation, le clitoris était vu comme une excroissance dangereuse et inutile, voire anormale — quelques-uns prônent même l’excision pour lutter contre la masturbation ou guérir la lascivité, la nymphomanie ou l’hystérie (encore elle). Paradoxalement, comme la croyance jouissance = fécondation perdure dans la population générale, il est encore recommandé de masturber sa partenaire si l’orgasme n’a pas eu lieu… Par la suite, en Occident, nous avons simplement retiré le mot clitoris du dictionnaire (!)

Au même titre que la contraception, qui concerne (ou concernait ?) principalement les femmes, et fut longtemps le parent pauvre de la recherche (on parle aujourd’hui d’une « pilule pour hommes »), le plaisir féminin ne serait pas pris au sérieux et le clitoris serait toujours « snobé » par la recherche médicale, de l’avis de Dre Buisson.

Renaissance du clitoris

Le clitoris fut « redécouvert » dans les années 50 par Alfred Kinsey (célèbre auteur de l’Échelle du même nom), et remis en valeur dans les années 60 par William Masters et Virginia Johnson, gynécologue et psychologue, pionniers de la sexologie et de l’étude de l’orgasme féminin, dont on a pu suivre l’histoire romancée dans la série télévisée Masters of Sex.

Croyez-le ou non, ce n’est qu’en 1998 qu’on a pu obtenir une première définition scientifique et exacte du clitoris, grâce aux recherches de l’urologue australienne Helen O’Connell.

Comment est fait le clitoris (pas comme vous pensez !)

Avant 1998, donc, on ne savait pas précisément comment le clitoris était constitué. Après avoir effectué la première dissection « validée » de cet organe, l’équipe médicale dirigée par Dre Helen O’Connell procédait, en 2005, à une résonance magnétique du clitoris, qui a permis de se faire une bien meilleure idée de ce qu’il en est.

Si vous pensez (encore) que le clitoris se limite au « petit bouton de rose » dont on parle parfois dans la poésie, vous faites erreur. La réalité est toute autre. Le clitoris est un organe mobile qui est constitué d’une double arche : l’arche formée des corps caverneux (de 12 à 15 cm !), et l’arche formée des bulbes, qui enserre partiellement le vagin.

Élodie Garbé

Orgasme clitoridien et/ou vaginal ?

Dans la littérature médicale, on évoque de plus en plus que la séparation entre ces deux formes d’orgasmes est abstraite, car en fait, les deux seraient liés. Dre Odile Buisson a démontré, au moyen d’une échographie du coït, qu’une femme peut atteindre l’orgasme pendant l’acte sexuel, même sans stimulation concomitante du clitoris : lors des mouvements périnéaux, le corps caverneux du clitoris vient se frotter à la partie antérieure du vagin et peut provoquer un orgasme « dit » vaginal (mais c’est le clitoris interne qui est stimulé), réputé plus voluptueux et plus intense. « Ce sont des perceptions, on ne sait pas si ces orgasmes sont en fait différents ou si l’orgasme vaginal est simplement [un orgasme clitoridien] plus fort », de dire Odile Buisson.

Comme l'écrit la chroniqueuse Camille Emmanuelle : « Arrêtons la "battle" clitoris vs vagin, et explorons avec joie et curiosité toutes les possibilités de plaisir que nous avons, petits mammifères érotiques que nous sommes. » En se protégeant adéquatement, bien entendu !

Le mot de la fin

Maintenant que l’on connaît la vraie nature du clitoris — et grâce à la réalisatrice Houda Benyamina, Caméra d’or à Cannes 2016, on peut se dire sans complexe «T’as du clito ! » 

 

Άδάμας (unconquerable) 2014, sculpture de l’artiste Sophia Wallace