Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Je sens une « bosse » dans mon sein !

Par Dre Gabrielle Landry

24 mars 2015

Une masse palpée au sein est un motif de consultation très fréquent en médecine de famille. Cette situation provoque beaucoup d’inquiétude chez les femmes concernées, mais les cas de tumeurs cancéreuses sont rares, surtout avant 40 ans1.

Près de 90 % des masses trouvées sont des variations normales des seins2

Plusieurs masses bénignes, donc non cancéreuses, peuvent être retrouvées à tout âge chez la femme. Dans la majorité des cas, elles seront traitées facilement pour des raisons de confort et d’esthétique ou n’auront pas besoin de traitement. Dans certains cas, elles feront l’objet d’un suivi ou seront retirées à titre préventif, tout en demeurant bénignes.

Les nodules bénins les plus fréquents sont les fibroadénomes, masses rondes et indolores, que l’on retrouve surtout chez les femmes entre 20 et 30 ans. Chez les femmes entre 30 et 50 ans, on voit plus fréquemment une entité nommée « maladie fibrokystique ». Même si on l’appelle « maladie », c’est une affection bénigne qui se caractérise par la formation de nodules et de kystes à l’intérieur du sein. Elle peut causer un gonflement, de la douleur ou de la sensibilité aux deux seins, surtout dans la partie supéro-externe, c’est-à-dire proche de l’aisselle.

D’autres bosses souvent palpées par des femmes de tous âges sont des kystes bénins (masse liquide) ou des lipomes (masse graisseuse). Le papillome intracanalaire, qui ressemble à une verrue, se présente généralement avec des écoulements de liquide ou de sang au niveau du mamelon. La mastite et les abcès (infections du sein) sont d’autres causes possibles de masse ressentie au sein, mais provoquent communément d’autres symptômes, comme des écoulements, de la rougeur ou de la douleur au sein.

L’asymétrie entre les deux seins et la douleur cycliques (qui varient selon le cycle menstruel3) sont deux phénomènes fréquents et normaux chez la femme.

Que va faire mon médecin si j’ai une masse au sein ?

Votre médecin fera une évaluation clinique complète et demandera probablement des examens, selon son évaluation du risque de cancer du sein, en fonction de votre âge et de votre historique personnel et familial.

Règle générale, si le risque est faible et que vous avez moins de 35 ans, les examens demandés pourront se limiter à une échographie du sein, ou peut-être une biopsie. La biopsie consiste à prélever un échantillon de tissu afin de l’envoyer en analyse.

Si vous avez plus de 35 ans, une mammographie pourra être réalisée — cet examen est difficile à effectuer chez les plus jeunes à cause de la plus grande densité du sein. Si les résultats inquiètent votre médecin, il pourra vous recommander aux spécialistes en santé du sein ou aux Centres de référence pour investigation désignés (CRID).

Mise à jour sur l’auto-examen des seins

Les seins varient non seulement d’une femme à l’autre, mais tout au long de la vie. Il n’y a pas de seins anormaux. La « normalité » des seins est propre à chacune.

Selon des recherches récentes, la pratique régulière de l’auto-examen des seins ne s’est pas avérée une méthode de dépistage efficace du cancer du sein, et n’est donc plus préconisée par les médecins. 

En fait, il n’est pas nécessaire d’employer une méthode plutôt qu’une autre pour observer ses seins. On recommande à chaque femme de rester attentive à tout changement tels que bosses, rougeurs, écoulements, variation de la peau ou du mamelon, ou à tout ce qui est différent de ce qu’elle est habituée de voir ou toucher.

Le dépistage et la prévention du cancer du sein

À ce jour, la science nous dit que le cancer du sein peut être imprévisible et ses causes, multiples. Pour ces raisons, même si certains facteurs de risque, liés aux habitudes de vie, peuvent être modifiables, il n’existe pas de moyen sûr de le prévenir.

Un dépistage précoce du cancer du sein augmente les chances de guérison. Dans le doute, n’hésitez pas à consulter un médecin, puis à lui partager vos questionnements sur l’évaluation de votre risque. Dans la longue bataille nous opposant au cancer du sein, il y a la femme, la science (les examens), et le médecin. Nous devons tous œuvrer ensemble afin de combattre cet ennemi.

_________

À titre informatif — ces outils ne remplacent pas une consultation avec un médecin :

Calculateur de risque en ligne qui renseigne en détail sur les facteurs de risque (en anglais seulement).

Test pour évaluer votre risque de développer un cancer du sein (en français seulement).
_________

Notes :
1. À l’âge 25 ans, on estime que nos chances d’être atteinte d’un cancer du sein sont d’une personne sur 1000 ; par contre, à 85 ans, les chances augmentent à une personne sur 9. Donc plus on avance en âge, plus notre risque augmente, et ce surtout si d’autres membres de notre famille sont atteints.
2. Tous âges confondus, un diagnostic de cancer est tout de même posé chez 11 % des femmes présentant une masse au sein.
3. La plupart des étapes de la vie d’une femme, comme la puberté, la grossesse et la ménopause, sont modulées par la présence en plus petite ou plus grande quantité d’hormones. Ces hormones sont principalement l’œstrogène, la progestérone et l’androgène. Ce sont principalement ces hormones qui causent les douleurs aux seins à l’approche des règles.

Sources et références :
http://www.depistagesein.ca/
http://observationdesseins.org/
http://rubanrose.org/

auto examen seins