Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Flash sur l'endométriose

12 mars 2015

Le 28 mars prochain, se tiendra la 2e édition de L’Endomarch, marche organisée à Paris pour sensibiliser les médias, l’opinion publique et le gouvernement à cette maladie encore peu (re)connue1 et pourtant souvent invalidante, qui affecte la qualité de vie en général et la qualité de la vie sexuelle de 5 % à 10 % des femmes en âge de procréer et leur conjoint.

L’endomètre

L’endomètre est la muqueuse qui tapisse les parois internes de l’utérus. Sous influence hormonale (œstrogènes), il se développe tout au long du cycle de fertilité. S’il n’y a pas de fécondation, il se désagrège et est expulsé dans les écoulements sanguins des menstruations, puis le cycle recommence. Un peu comme un nid qui se construit à nouveau chaque mois pour accueillir un œuf fécondé.

Qu’est-ce que l’endométriose?

L’endométriose est la croissance hors de l’utérus de cellules de l’endomètre, qui réagissent aussi aux fluctuations du cycle menstruel — ce qui explique que les symptômes peuvent disparaître durant la grossesse.

Le plus souvent, les tissus formés des cellules endométriales se forment sur les ovaires, les trompes ou la surface extérieure de l’utérus, et, à l’arrivée des règles, ils « saignent » à l’intérieur du corps, à des endroits qui ne sont pas équipés pour recevoir les saignements.

Au moment des menstruations, ces cellules qui se détachent de leur surface peuvent donc irriter les organes avoisinants et la membrane qui enveloppe les organes de l’abdomen (le péritoine). Elles peuvent aussi provoquer la formation de kystes, de tissu cicatriciel ou d’adhérences entre les organes. Ces adhérences, qui se forment par l’inflammation suite aux saignements, tirent les organes les uns sur les autres et causent de la douleur.

Les symptômes

Le spectre des symptômes et de leur degré d’intensité est large, et varie beaucoup d’une femme à l’autre.

Les symptômes les plus courants sont des douleurs qui peuvent ressembler à des douleurs menstruelles. Ces douleurs sont souvent progressives, et plus fortes durant les menstruations, au moment des rapports sexuels (dyspaneurie), ou parfois lors de l’ovulation. Elles peuvent aussi s’accentuer au moment d’uriner ou lors de troubles intestinaux.

Les douleurs chroniques et le stress sur la vie du couple peuvent causer de l’anxiété ou de la dépression. Certains cas graves peuvent présenter de l'anémie.

Qui est à risque?

L’endométriose est une maladie encore peu connue, comme plusieurs maux dits « de femmes ». On n’en comprend pas vraiment les causes, mais on sait que ce trouble gynécologique parmi les plus fréquents touche de 5 % à 10 % des femmes en âge de procréer — la ménopause fait souvent disparaître ses symptômes.

On constate que l’hérédité peut jouer un rôle dans les facteurs de risque, mais ce n’est pas une équation systématique.

Le diagnostic

« Plus on la cherche, plus on va la trouver »2. Il est malheureux de constater que dans bien des cas, les femmes ont eu à se plaindre pendant de nombreuses années avant que l’on réussisse à trouver quel était le problème.

L’endométriose étant une maladie complexe, le diagnostic n’est pas facile à faire. Le médecin peut d’abord se fier aux symptômes de sa patiente, à sa réaction à la prise d’anti-anovulants, puis procéder à des examens plus précis (échographie et laparoscopie).

Rien n’existe pour prévenir la maladie. Un diagnostic précoce demeure, à ce jour, le meilleur moyen de prévenir la progression de l’endométriose et donc, des conséquences plus graves sur la qualité de vie ou la fertilité de la femme.

Endométriose et infertilité

Le diagnostic de l’endométriose se fait souvent lors d’examens exploratoires pour des raisons de problèmes de fertilité. Environ le tiers des femmes qui ont du mal à devenir enceintes souffrent d’endométriose. Cependant, la très grande majorité des femmes touchées par une endométriose légère ou modérée réussissent à devenir enceintes.

Le traitement

Selon le stade d’évolution de l’endométriose, de l’âge de la femme et de son désir d’avoir un enfant, les traitements vont de la prise de médicaments pour contrer la douleur à la chirurgie dans les cas les plus graves, en passant par la prise de la pilule contraceptive en continu, la pose d’un stérilet avec hormones ou de traitements anti-hormonaux.

Comme dans les cas d’anxiété, de dépression et de douleurs chroniques, l’exercice physique peut contribuer à réduire les symptômes, l’exercice étant un des meilleurs médicaments antidouleur.

Quand en parler à son médecin de famille ou son gynécologue

C’est le moment de parler d’endométriose avec votre médecin :

  • si vos menstruations sont très abondantes;
  • si les anti-inflammatoires ne réduisent pas les douleurs menstruelles;
  • s’il y a des douleurs durant la pénétration lors des relations sexuelles;
  • s’il y a des douleurs pelviennes qui vous empêchent d’aller au travail ou à l’école, causant un absentéisme régulier;
  • s’il y a un historique familial;
  • si vous ne devenez pas enceinte, alors que votre partenaire est fertile.

En savoir plus... 

Écoutez Dr Marc Steben, notre directeur médical, sur le sujet, lors de son passage au Canal M, Vues & Voix, en cliquant ici.

En tout temps, si vous avez des questions concernant cette maladie, pour vous ou vos filles, parlez-en à votre médecin !

——————

1. L’endométriose, maladie taboue, Le Monde, 9 février 2015
2. Entrevue de Dr Marc Steben, Canal M Vues & Voix, 9 mars 2015

Sources et références :
Entrevue de Dr Marc Steben, Canal M Vues & Voix, 9 mars 2015
PasseportSante.net
Les 10 symptômes clés de l’endométriose, activebeat.com