Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

La contraception, est-ce possible à deux ?

Par Laura Désilets, stagiaire au baccalauréat en sexologie

14 avril 2016

La responsabilité d’une grossesse non désirée repose généralement sur les épaules de la femme, qui entreprend les démarches pour se procurer une méthode contraceptive et qui s’assure de l’utiliser de manière efficace. En tant que femme, voudrait-on que notre partenaire sexuel s’implique dans la démarche contraceptive ? Après tout, la conception d’un enfant se fait à deux, pourquoi pas la prévention d’une grossesse non désirée ?

La contraception, c’est quoi ?

L’utilisation d’une méthode contraceptive a comme premier objectif de prévenir une grossesse non désirée. La contraception au Québec comprend les méthodes hormonales et non hormonales. Les méthodes hormonales sont composées d’estrogènes et progestatifs, ou seulement de progestatifs. La pilule est la plus connue parmi celles-ci, qui incluent aussi l’anneau vaginal, le timbre contraceptif, le stérilet avec hormones et le Dépo Provera. Les méthodes non hormonales, qu’on appelle aussi les « barrières », se réfèrent aux condoms masculin et féminin, à la cape cervicale, le diaphragme et le stérilet avec cuivre.

La contraception, une responsabilité partagée ?

Les femmes ont tendance à entreprendre d’elles-mêmes la démarche contraceptive, ainsi que la discussion sur ce sujet avec leur partenaire. Cependant, certaines femmes souhaiteraient un soutien de la part de leur partenaire, voire une participation active à la contraception. Ce soutien peut se témoigner de différentes façons :

  • S’informer sur les diverses méthodes contraceptives ;
  • Partager son point de vue lors du choix de la méthode contraceptive ;
  • Participer aux rendez-vous médicaux portant sur la contraception ;
  • Contribuer à l’utilisation adéquate de la méthode contraceptive prise par la femme ;
  • Aider la femme à maîtriser certains désagréments du cycle menstruel, par exemple les douleurs menstruelles.

Impliquer ou non son partenaire dans la contraception

L’implication du partenaire dans le choix de la méthode contraceptive et durant la prise de celle-ci assure une meilleure utilisation de la méthode choisie. Inclure l’homme au cœur des discussions sur le sujet est aussi synonyme d’une meilleure observance de la contraception. Qui dit utilisation optimale de la contraception, dit un minimum de risques de grossesse et beaucoup moins d’inquiétudes !

Au contraire, il peut être plus rassurant pour certaines d’entreprendre seule la démarche contraceptive. La prise en charge de la contraception offre un sentiment de contrôle de son propre corps, pour ensuite, le cas échéant, choisir avec le partenaire le moment opportun pour concevoir un enfant. Dans ce cas, le sentiment de contrôle encourage la rigueur dans le bon suivi de la contraception et atténue l’inquiétude d’une grossesse non désirée.

Alors, devrait-on ou non impliquer le partenaire ? Cette décision se détermine selon les besoins de chacune. L’important, c’est l’accord commun des deux partenaires quant au rôle que prend l’homme au sein de la démarche contraceptive.

Les obstacles à la contraception partagée

Certaines situations rendent difficile la participation du partenaire dans la démarche contraceptive. Par exemple, il est possible que l’homme refuse de s’impliquer ou que la femme ait un ou plusieurs partenaires sexuels occasionnels — hors d’une relation stable.

Il demeure important d’utiliser le condom avec un nouveau partenaire ou un partenaire occasionnel afin d’assurer une meilleure protection contre les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), en plus de prévenir les risques d’une grossesse non désirée. Le condom combiné à une méthode contraceptive offre une double protection (ITSS et grossesse). Exiger le port du condom chez un partenaire sexuel occasionnel est une façon de se responsabiliser soi ainsi que le partenaire en matière de contraception et de prendre soin de sa santé sexuelle, comme celle de l’autre.

Cela étant dit, l’utilisation d’une méthode contraceptive chez la femme est un choix judicieux pour s’assurer en toutes circonstances de prévenir une grossesse non désirée.

Comment convaincre son partenaire sexuel de porter le condom ?

Le condom n’est pas toujours populaire auprès de la gent masculine — certains mentionnent ne rien ressentir ou ne pas aimer son caractère prévisible, ou craignent que leur érection soit plus difficile à maintenir lorsqu’ils le portent. Pourtant, le port du condom a des avantages à ne pas négliger, pourquoi ne pas faire valoir les aspects positifs de son utilisation ? La protection qu’il assure contre les ITSS et les grossesses permet autant à l’homme qu’à la femme de pleinement se laisser aller tout au long de la relation sexuelle. Le condom apporte un sentiment de sécurité face aux ITSS et à une grossesse non désirée. Diminuer les tracas pour donner toute la place au plaisir !

Intégrer le condom de façon sensuelle et érotique pimente la relation sexuelle. La femme peut proposer de l’enfiler elle-même sur le pénis de son partenaire, et il peut être très agréable de « jouer » autour du moment de la pose du condom, moment durant lequel l’excitation s’amplifie chez chacun des partenaires. Eh oui, le condom peut être associé au plaisir ! Pour les hommes moins convaincus, on peut ajouter une petite goutte de lubrifiant à l’intérieur du condom pour favoriser leurs sensations (un lubrifiant soluble à l’eau pour prévenir une rupture du condom ; les produits qui contiennent de l’huile ou du gras, comme la vaseline ou les huiles à massages, sont à éviter). Quelle que soit la stratégie mise en œuvre pour négocier le port du condom, il est important d’affirmer son besoin face à son utilisation. Les rapports sexuels n’en seront que plus détendus et agréables.

Mot de la fin

La contraception et la protection contre les ITSS sont des responsabilités qui se partagent, que ce soit entre partenaires sexuels stables ou non.

  • Vous, Mesdames, impliqueriez-vous votre partenaire dans la contraception ?
  • Vous, Messieurs, souhaiteriez-vous vous impliquer dans la démarche contraceptive de votre partenaire ?