Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

La bactérie H041 ou « Superbactérie »

10 mai 2013

La bactérie H041 est une souche de la gonorrhée. On la surnomme « superbactérie » parce qu’elle semble résister aux traitements existants; elle est multirésistante aux antibiotiques.

Découverte en 2011 au Japon, la bactérie H041 aurait été détectée à Hawaï, puis en Californie et en Norvège, ce qui inquiète la communauté médicale en Europe comme aux États-Unis. Cependant, elle ne serait pas, contrairement à ce qui a circulé sur les médias sociaux, plus virulente ni plus facilement transmissible que les autres souches de gonocoques.1

La gonorrhée est habituellement traitée avec des antibiotiques et jusqu’à maintenant, les sciences médicales ont pu adapter les traitements aux mutations de la bactérie qui cause la gonorrhée, ce qui n’est pas le cas avec la H041.

Selon certains spécialistes, si aucune cure n’est trouvée, elle pourrait devenir incurable dès 20152. Les autorités sanitaires américaines ont demandé au Congrès 50 millions $ afin de poursuivre les recherches d’un antibiotique efficace3.

Si certains craignent que cette souche spécifique puisse provoquer une septicémie, c’est-à-dire une infection générale de l’organisme qui pourrait s’avérer mortelle en quelques jours chez les personnes infectées, à ce jour, aucun cas mortel n’a été rapporté.

Depuis quelques années, les infections transmissibles sexuellement (ITS, MTS, IST) sont en recrudescence en raison du relâchement des mesures de prévention, comme le port du condom.

La gonorrhée est la deuxième ITS la plus fréquente en Amérique comme en Europe. Au Québec, il y a eu une augmentation de 57 % des cas entre 2006 et 2010 et de 84 % chez les jeunes de 15 a 24 ans.

La gonorrhée touche davantage les hommes jeunes et se manifeste par une sensation de brûlure au moment d’uriner, un écoulement de pus urétral et des douleurs aux testicules. Chez la femme, les symptômes peuvent se caractériser par des saignements entre les périodes menstruelles ou pendant les relations sexuelles, des relations sexuelles douloureuses, des douleurs abdominales ou des pertes vaginales anormales. Cependant, lorsque la gonorrhée est située au col, à la gorge ou à l’anus, la majorité des gens ont peu ou pas de symptômes, d’où l’importance du dépistage de ces sites lors de la consultation médicale.

La gonorrhée augmente le risque de transmission du VIH et, si elle n’est pas traitée, elle peut causer la stérilité chez l’homme et chez la femme, ainsi que des grossesses ectopiques (extra-utérines).

De manière générale, on recommande l’utilisation du condom lors des relations sexuelles et des dépistages réguliers (au moins une fois par année) pour toute personne ayant une activité sexuelle. Votre médecin peut vous aider à évaluer vos facteurs de risques et déterminer avec vous la fréquence de vos dépistages.

1. « L'hyperbactérie du sexe résistante aux antibiotiques » — nouvelobs.com
2. Cathy Ison, du National Reference Laboratory for Gonorrhoea, Public Health England — http://www.bbc.co.uk
3. "New Sex Superbug In Hawaii: Why Is Gonorrhea H041 Said To Be More Dangerous Than AIDS?" — http://www.isciencetimes.com
Photo : Wikimedia Commons