Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium

par CATIE

11 octobre 2013

Mycoplasma genitalium — introduction à une ITS émergente

Par CATIE — La source canadienne de renseignements sur le VIH et l'hépatite C

> Transmise par voie sexuelle, la bactérie Mycoplasma genitalium (MG) peut causer de l'inflammation dans les voies urinaires et génitales de l'homme et de la femme. Ce microbe serait aussi à l'origine d'autres problèmes, dont certains cas d'arthrite et la maladie inflammatoire pelvienne et l'infertilité chez la femme.

La bactérie MG semble se propager par les relations sexuelles anales ou vaginales non protégées, car on peut la déceler dans les échantillons de liquide provenant du pénis, du rectum et du vagin. Jusqu'à présent, on n'a pas détecté la bactérie dans les échantillons de liquide de la gorge.

Comme les autres infections transmissibles sexuellement ou ITS, la bactérie MG cause de l'inflammation dans les tissus délicats des organes génitaux. Ce genre d'inflammation rend ceux-ci plus vulnérables à l'infection par d'autres ITS, y compris le VIH.

Dans les pays à revenu élevé, les taux globaux d'infection à MG semblent faibles, soit de 1 % à 3 %. Il n'empêche que plusieurs études ont permis de constater que les taux de MG avaient tendance à être plus élevés parmi les personnes soignées pour les ITS.

Symptômes

Le terme urétrite désigne une inflammation de l'urètre, soit le tube qui achemine l'urine vers l'extérieur du corps. La chlamydia et la gonorrhée sont des causes courantes de l'urétrite. Dans certains cas, cependant, les analyses d'urine et d'autres liquides ne permettent pas de déterminer la cause de l'urétrite. Lorsque cela arrive, et selon l'ampleur de la détresse causée par les symptômes, certains médecins choisissent de traiter leurs patients en présumant un diagnostic d'urétrite causée par la bactérie MG et/ou d'autres ITS. Chez la femme, l'infection à MG peut causer de l'inflammation dans l'urètre et le col de l'utérus (cervicite) et probablement dans l'utérus et les trompes de Fallope aussi.

Chez l'homme, l'urétrite peut provoquer l'un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • mictions fréquentes ou sensation d'avoir besoin d'uriner fréquemment
  • sensation de brûlure lors de la miction
  • douleur lors des relations sexuelles ou de l'éjaculation
  • écoulement du pénis

Chez la femme, la cervicite et l'urétrite peuvent causer l'un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • douleur abdominale
  • douleur vaginale
  • mictions fréquentes ou sensation d'avoir besoin d'uriner fréquemment
  • douleur lors des relations sexuelles
  • sensation de brûlure lors de la miction
  • écoulement vaginal
  • saignements vaginaux anormaux – à la suite des relations sexuelles, après la ménopause, entre les règles

Dépistage

La bactérie MG est difficile à faire croître dans une culture de laboratoire. Par conséquent, de nombreux patients atteints de l'infection à MG reçoivent un résultat faussement négatif au test de dépistage. Certains laboratoires utilisent des épreuves spécialisées qui permettent de multiplier et de détecter ensuite le matériel génétique ou ADN de la bactérie MG. On appelle ces épreuves des tests d'amplification des acides nucléiques (TAAN).

Répartition selon le sexe — cliquez ici

Options de traitement

Les régimes thérapeutiques visant l'infection à MG varient selon la région ou le centre médical ou encore selon la gravité de la maladie. Lors des essais cliniques ayant comparé les antibiotiques azithromycine et doxycycline, l'azithromycine a permis de guérir plus de patients. Soulignons toutefois que les essais en question ont eu lieu il y a plusieurs années, et il est possible que la bactérie ait acquis plus de tolérance voire une résistance à l'azithroymcine depuis ce temps-là. En se fondant sur les rapports publiés et les essais cliniques, les médecins peuvent envisager de prescrire au moins deux régimes d'azithromycine, soit les suivants :

  • azithromycine en traitement unique – une dose de 1 gramme par voie orale
  • azithromycine en traitement prolongé – 500 mg le premier jour, suivi de 250 mg par jour pendant les quatre jours suivants

Malheureusement, aucun essai clinique n'a été mené pour comparer ces deux régimes, alors les médecins ne peuvent être certains si l'un est meilleur que l'autre.

Il existe aussi une formulation à libération prolongée de l'azithromycine qui contient 2 grammes du médicament (elle est vendue sous le nom de Zmax SR par la compagnie Pfizer). Il n'existe toutefois pas de données publiées concernant l'efficacité de cette dose contre l'infection à MG.

De plus en plus de rapports font état de l'échec du traitement à l'azithromycine lorsqu'une seule dose de 1 gramme est utilisée contre l'infection à MG. Dans de tels cas, certains experts des ITS recommandent l'utilisation d'un autre antibiotique appelée moxifloxacine (Avelox) à raison de 400 mg une fois par jour pendant sept à dix jours.

Il est toutefois important de signaler que des cas de MG résistant à la fois à l'azithromycine et à la moxifloxacine ont été documentés.

Remerciement

Nous tenons à remercier Marc Steben, MD, de l'Institut national de santé publique du Québec pour sa collaboration précieuse à la préparation de ce bulletin. <

Source : CATIE — Pour les références, cliquez ici  
CATIE