Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

Mieux comprendre le dépistage

13 mai 2015

Quiconque est actif sur le plan sexuel est (ou devrait être) conscient de la nécessité de passer des tests de dépistage des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS) au moins une fois par année.

En cas de pratiques à risque (partenaires multiples, contacts sexuels avec travailleurs ou travailleuses du sexe, etc.), le médecin recommandera sans doute un dépistage plus fréquent, aux trois ou aux six mois, selon les facteurs de risques.

L’importance de tout dire au médecin

La teneur — et le résultat — des tests de dépistage pourrait dépendre de ce que l’on mentionne au médecin : pratique-t-on le sexe oral ou anal, a-t-on eu des rapports non protégés ou plusieurs partenaires sexuels?

Le médecin bien informé sera ainsi en mesure de bien cibler les ITSS à rechercher, les prélèvements (urinaires, sanguins, anaux ou de secrétions) à prendre, et les zones spécifiques à examiner (organes, anus, gorge, etc.).

Une récente recherche dirigée par l’hôpital John Hopkins à Baltimore, aux États-Unis, a mené à des conclusions qui renforcent l’importance de la divulgation de nos pratiques sexuelles aux professionnels de la santé.

Par exemple, traditionnellement, les tests de dépistage de la chlamydia et de la gonorrhée se font par prélèvements urinaires et de liquides biologiques aux organes génitaux. Or, cette étude révèle qu’en l’absence de prélèvements à la gorge et à l’anus, les infections à la chlamydia (dans une mesure de 14 %), et à la gonorrhée (dans une mesure de 30 %) ne sont pas identifiées.

C’est donc dire que ces infections ne seront pas enrayées, dans la proportion indiquée, si les prélèvements adéquats ne sont pas réalisés. D’où l’impératif d’être transparent dans nos échanges avec notre médecin.

Fait à noter qui ressort également de cette étude — et qui en surprendra sûrement plusieurs, car 95 % des femmes ne le font jamais : il est préférable de se protéger en pratiquant le sexe oral, justement pour éviter de contracter la chlamydia ou la gonorrhée.

Quand dépister?

Des tests de dépistage sont évidemment requis en présence de symptômes, par exemple des écoulements vaginaux, urétraux ou des lésions nouvelles sur les organes génitaux. En présence du moindre changement qui vous semble suspect, il ne faut pas hésiter à consulter un médecin.

Dans le cas d’un doute ou d’une inquiétude après une pratique à risque (le condom a brisé, au lendemain d’une relation non protégée, etc.), le médecin pourra vous indiquer le meilleur moment pour les différents dépistages selon les périodes d’incubation des différentes infections.

Toutefois, de nombreuses ITSS sont asymptomatiques, donc on peut être infecté sans le savoir. Raison pour laquelle les dépistages réguliers sont prescrits pour toute personne active sexuellement.

En cas de contact avec un partenaire infecté, le dépistage est impératif — en cas d’infection, il est d’ailleurs recommandé d’aviser son ou ses partenaire(s), même anonymement, afin de briser la chaîne de transmission.

Comment dépister?

La majorité des ITSS peuvent être identifiées par des examens de dépistage simples et faciles, et surtout non douloureux. Les ITSS ont des origines diverses et par conséquent, les méthodes pour les détecter varient également :

  • l’herpès : symptômes, culture des lésions herpétiques
  • le VPH (condylomes) : symptômes, biopsie (prélèvement d’un morceau de peau pour analyse au microscope)
  • la chlamydia : prélèvement d’échantillons de liquides biologiques aux organes génitaux, à la gorge ou à l’anus, et prélèvement urinaire. Chez l’homme, le prélèvement urinaire a fort heureusement remplacé le prélèvement douloureux de l’urètre qui avait une bien mauvaise réputation
  • la gonorrhée : symptômes, prélèvement d’échantillons de liquides biologiques aux organes génitaux, à la gorge ou à l’anus et prélèvement urinaire, test de coloration de GRAM et examen au microscope.

Le dépistage pour la chlamydia doit être doublé d’un test pour la gonorrhée (et vice-versa), car ces deux infections cohabitent souvent.

  • l’hépatite : symptômes (jaunisse), prélèvement sanguin
  • la syphilis : prélèvement de secrétions (en présence d’un chancre) et sanguin.
  • le VIH : prélèvement sanguin

Pourquoi dépister?

Pour votre santé et celle de vos partenaires : les conséquences d’une ITSS non traitée peuvent être graves, comme des abcès, des infections étendues, la stérilité, ou l’association à certains cancers — ou même la mort.

Pour la santé publique en général : le meilleur moyen d’éradiquer une infection est de stopper sa transmission. Une personne infectée sans le savoir continue de transmettre l’infection, et ainsi de suite. Si une personne infectée est traitée, et que ses partenaires sont dépisté(e)s et traité(e)s, la chaîne de transmission est brisée, puis, éventuellement, l’infection disparaît. Comme dans le cas de la syphilis, qui avait pratiquement disparu et qui, malheureusement, connaît une résurgence depuis quelques années.

Alors, à vos calendriers! Et rappelez-vous que dans le doute, ici, mieux vaut ne pas s’abstenir de consulter un médecin.

_____

Outils et références :

Aider les jeunes à faire des choix éclairés devant les tests de dépistages des infections transmises sexuellement et par le sangpublications.msss.gouv.qc.ca, Hiver 2010

Le dépistage des ITSS, Clinique médicale l'Actuel

Prévenir les ITSS, Clinique médicale l'Actuel