Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Dr Marc Steben répond à vos questions et préoccupations sur le lichen scléreux
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

L’épilation intime, oui ou non ?

13 juillet 2016

L’épilation des poils du pubis chez la femme — et chez l’homme — correspond à une tendance lourde des dernières décennies, pratiquement devenue la norme. C’est ce que révèle une étude récemment publiée dans la section Dermatologie du JAMA Network, par des chercheurs de l’Université de Californie.

Les conclusions de cette étude américaine n’ont surpris personne. Elles illustrent d’une manière sans doute assez juste ce qui se passe également chez nous. Et ce, malgré les campagnes propoils de certaines cyberféministes comme Arvida Byström, ou les appels timides au « retour du poil », ou encore, dès 2010, ces stars qui demandent « ... et si on arrêtait de s’épiler ? »

 Mouvement #dyedarmpithair sur Instagram 

Pourquoi s’épile-t-on ?

Selon l’étude citée plus haut, 8 femmes sur 10 s’épilent le pubis et 62 % des femmes de 18 à 65 ans ont déjà eu recours au moins une fois à l’épilation intégrale — pratique plus populaire chez les jeunes femmes de 18 - 24 ans.

Contrairement aux idées reçues, la chasse aux poils — autant chez les hommes que chez les femmes — est loin d’être un phénomène récent. Elle remonterait à la Grèce et à l’Égypte antique, et peut-être même à la préhistoire, les motivations différant d’une époque et d’une culture à l’autre.

Aujourd’hui, nombre de femmes qui adoptent l’épilation intégrale ou quasi intégrale du pubis le font aux fins d’activités sexuelles — le cunnilingus, par exemple — ou simplement pour des raisons esthétiques. Cependant, de plus en plus le font pour des raisons hygiéniques, convaincues que c’est « plus propre », croyance qui ne repose sur aucun fondement, si ce n’est la publicité ou autres diktats véhiculés ici et là.

Plus précisément, les raisons invoquées par les 3316 femmes faisant partie de l’échantillon de l’étude américaine sont les suivantes : 59 % pour des raisons d’hygiène, 46 % parce que ça fait partie de la routine, 21 %, car le ou la partenaire a exprimé ce souhait, 56 % en vue d’améliorer les rapports sexuels et 40 % en prévision d’un rendez-vous chez le médecin… pour faire net et soigné !

Ces pratiques correspondent-elles à notre époque « aseptisée » ? On redoute notre côté « sauvage » ou « animal », on se lave beaucoup (trop ?), on tente d’effacer tout signe d’une corporalité naturelle, et l’on tend vers une image aussi satinée que les filtres Instagram.

Selon les standards majoritairement véhiculés, pour être désirable, une femme devrait être éternellement jeune (même juvénile) et lisse sur tous les plans : de beaux cheveux, une peau parfaite, pas de rides, pas de gras, pas de poils… Jusque dans son intimité. Une foule de soi-disant soins sont offerts pour « pimper » le vagin : on peut le teindre, le parfumer, y mettre de la crème, et bien sûr, l’épiler.

Mais à quoi servent les poils ?

On sait que la flore vaginale constitue un système interne d’autoprotection contre les « mauvaises bactéries », soit les bactéries pathogènes nuisibles à l’organisme, et fait en sorte que l’acidité du vagin soit à un niveau de pH défavorable à leur développement. Les poils pubiens servent également d’écran contre ces bactéries et autres particules de poussières ou pathogènes. Ils offrent aussi une protection contre les microblessures pouvant être causées par les frottements, lieux plus susceptibles d’être attaqués par des virus. Ces petits soldats souples agissent tant comme une barrière que comme un coussin, contribuant au contrôle de l’humidité du vagin — ce qui réduit les risques de vaginite — préservant la peau tendre et fragile de la vulve et des lèvres génitales. En fait, le « avec poils » serait plus « hygiénique » que le « sans poils ».

L’épilation est-elle dangereuse ?

L’épilation, quel que soit le moyen, peut provoquer de l’irritation, des mini-coupures, des brûlures ou des poils incarnés (ces derniers causant une inflammation des follicules pileux). Ces blessures, si petites soient-elles, sont une porte d’entrée pour les bactéries, notamment le staphylocoque doré et le streptocoque B, de même que pour la transmission des ITSS dont l’herpès, ou peuvent être à l’origine de la formation de furoncles ou d’abcès.

Pour éviter irritation et blessures, on peut choisir la méthode d’épilation qui convient le mieux à notre peau, notre maîtrise de la technique et nos ressources, et suivre les indications selon la méthode adoptée.

Les défenseurs du poil

Les poils ont leurs ardents défenseurs, par exemple le journaliste Stéphane Rose, qui publiait en 2011 le livre « Défense du poil — Contre la dictature de l’épilation intime ». Selon lui, l’épilation intégrale est devenue un marché et est issue de la pornographie. Dans le même camp, l’actrice Cameron Diaz qui, dans « The Body Book », estime que les poils pubiens « servent de petits rideaux qui rendent votre sexe un peu mystérieux. »

Le mot de la fin

On ne saura jamais ce que Richard Avedon ou Amedeo Modigliani pensent de l’épilation intégrale, encore moins Gustave Courbet — on se souvient de la saga Facebook — L'Origine du monde. On peut toutefois imaginer leur déception, eux qui nous ont tant fait apprécier la beauté naturelle de la femme.

Sie kommen (« Elles arrivent »), Vogue France, 1981 — HELMUT NEWTON

Andy Warhol and members of The Factory,1969 - RICHARD AVEDON

Nu au coussin blanc, 1917 - AMEDEO MODIGLIANI