Centre de santé sexuelle & santé voyage dans le Vieux Montréal 514 787-0055 - RDV en ligne

Liste
Comment réagir à une divulgation d'herpès
J'ai quelque chose à te dire... Partie II
J’ai quelque chose à te dire...
L’abécédaire #égalsexy, par Dominique Pétin
Lichen scléreux, sexualité et intimité
Le blogue #égalsexy par Mélanie Couture
Test Pap et vaccin contre le VPH : formule gagnante pour prévenir le cancer du col de l’utérus
SERVICE SEXOLOGIQUE À PRIX MODIQUE
Le blogue #égalsexy, par Pierre-Bruno Rivard
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Losique
L’épilation intime, oui ou non ?
La sexualité trans, par Huguette St-Denis
Le blogue #égalsexy, par Anne-Marie Dupras
Le bouton d'amour ou la pointe de l'iceberg
Je me suis demandé pourquoi j’avais peur, par Guillaume Lambert
La sexualité des aînés, par Janette Bertrand
De plus en plus nombreuses à utiliser la DivaCup
La contraception, est-ce possible à deux ?
La santé sexuelle, quand la dépression s’en mêle
Aimer son corps
Apprivoiser la ménopause
Posez vos questions à nos stagiaires en sexologie !
Virus ZIKA
Quelques réflexions sur la vie avec des condylomes
Notre meilleure résolution pour 2016
Les sites de rencontres, j’y vais ou j’y vais pas?
Mieux vivre avec le lichen scléreux… en sachant le démystifier !
L’ABC du VIH en 2015
Quelques nuances de BDSM
MTS ou ITS, est-ce la même chose ?
Des fantasmes et autres rêveries sensuelles
Tatouages sans risques
Le dépistage prénatal des ITSS
Fin du désir… Fin du couple?
Mieux voyager en avion
L’hygiène intime, côté hommes
Hygiène féminine : finies les obsessions!
Réduire le risque du cancer de la prostate : à vous de… jouer!
Combien de fois on fait l'amour pour vrai?
Journée mondiale contre l’hépatite
L'amour, l'été
Vous partez en voyage? N’oubliez pas les vaccins!
Les ITSS en hausse chez les 50 ans et +
La trousse santé en voyage : un must!
La pansexualité, qu’est-ce que c'est?
Réjean Thomas est nommé Officier de l'Ordre national du Québec
À propos de l’homéopathie
La vie sexuelle après un accouchement
Ô Soleil Soleil!
Mieux comprendre le dépistage
Histoires de viols : l’importance de croire les victimes
Cent mille raisons de bouger!
Le sommeil, un "boost" pour la libido
Santé sexuelle et alimentation
Le meilleur du web au féminin
Je sens une « bosse » dans mon sein !
Les gars, le VPH, ça vous concerne aussi !
Flash sur l'endométriose
Journée de la femme et Contraception : la pilule en continu
Combattre la discrimination pour une meilleure santé publique
L’herpès ou « les feux sauvages de l’amour »
« Trop aimer », c’est possible ?
Nouveau gynécologue à Montréal
Dr Réjean Thomas est nommé Grand Montréalais
Prix du mérite 2014
Guérie de l'hépatite C
Prix Hippocrate 2014 :
Le prix Claude-Tourangeau
Conférence : La prévention en 2014
Hépatite C : Nouveaux traitements
Nouveaux traitements pour l'hépatite C
Périodes d'incubation des ITSS (ITS, IST, MTS)
Nouvelle ITS (IST) : Mycoplasma genitalium
[Communiqué] Média A — Communications l’Actuel présente
L'Actuel appuie la position du CQ-LGBT
Éclosion du LGV à Montréal
La bactérie H041 ou « Superbactérie »
ALERTE — Hépatite C
VIH — Le traitement des enfants représente un défi
Vivre avec le VIH
MotsEcho.com
Journée mondiale du sida – 1er décembre 2012
Chlamydia et gonorrhée 
Rapport de l'INSPQ sur les ITSS au Québec
Nouveau sondage auprès des personnes vivant avec le VIH/sida
[AVIS] Trousses de dépistage du VIH et de MTS à domicile
La gonorrhée inquiète l'OMS
VIH : Des scientifiques du NIH identifient une nouvelle protéine qui inhibe le virus
Dossier sur le PREP (Truvada®)
Réjean Thomas, rédacteur d'un jour au journal Métro
Augmentation de la syphilis infectieuse chez les jeunes
INCIVEK™ (télaprévir)
Syphilis chez les femmes au Québec
La Clinique A rue McGill à l'émission Une pilule, une petite granule
La Clinique A rue McGill

J'ai quelque chose à te dire... Partie II

DÉVOILER SON HERPÈS GÉNITAL À SON/SA PARTENAIRE, PARTIE II, par MORAG BOSOM, STAGIAIRE AU BACCALAURÉAT EN SEXOLOGIE

30 janvier 2017

Astuces astucieuses pour dévoiler son herpès génital

Bon. Maintenant qu’on est d’accord qu’il faut le dire, comment le dire ? Si vous n’êtes pas certain(e) de vouloir le dire ou non, je vous conseille de lire la première partie de cette chronique.

#1 Le truc numéro un qu’il ne faut pas oublier, ne jamais dramatiser. En ayant une attitude calme et ouverte, vous vous assurez de ne pas tomber dans la tragédie. En effet, si vous parlez avec confiance de votre herpès, l’autre sera beaucoup plus ouvert(e) à l’accepter que si vous semblez en souffrir chaque jour. Il faut vendre sa salade, quoi ! Cependant, il se peut que vous ressentiez un certain stress avant de dévoiler que vous avez l’herpès et c’est normal. Parfois, un élan émotif peut survenir et c’est très bien aussi. Il faut simplement vous rappeler que vous n’avez rien à vous reprocher. Au contraire, vous protégez la personne en lui dévoilant votre statut, alors n’oubliez pas de le lui dire aussi.

#2  Il faut choisir un bon moment. De préférence, un moment où l’intimité est déjà créée, comme lorsque le ou la partenaire vous a confié quelque chose de personnel. Idéalement, on évite un moment qui précède une relation sexuelle. Votre passion du moment risque de prendre le dessus et vous faire oublier votre mission. Ne dévoilez pas non plus votre herpès juste après une relation sexuelle. Cela ne fera qu’augmenter votre culpabilité et l’autre pourrait vous reprocher de ne pas l’avoir dit « avant ».

#3  Il y a moyen de faciliter le discours. On peut aussi jouer la manipulation et utiliser des formulations comme « on m’a transmis l’herpès » (et non « j’ai attrapé l’herpès »), ce qui aide à nous distancier de l’infection aux yeux du/de la partenaire. Pour devenir expert(e) en manipulation, visitez le blogue Mon petit bobo. De plus, n’oubliez pas d’invoquer les sentiments : rappelez à votre partenaire que vous lui faites assez confiance pour lui livrer ce secret et que c’est important pour vous d’en parler.

#4  Il faut partager certaines informations. Vous avez des connaissances en matière d’herpès, que vous avez accumulées suite à votre diagnostic. Servez-vous-en ! Normalisez votre situation avec des statistiques. Vous n’êtes pas une espèce rare et compliquée, c’est même prouvé ! Questionnez les connaissances de votre partenaire sur le « feu sauvage » et demandez-lui si il/elle quitterait quelqu’un pour ça? La réponse sera probablement non. Faites-lui ensuite comprendre qu’il s’agit du même genre d’infection, juste un peu plus au sud. N’oubliez pas non plus de lui parler de vos moyens de protection : condom, lubrifiant et traitement. Avec votre arsenal, le/la partenaire sera rassuré(e). Bref, prouvez-lui que la sexualité avec vous sera bien plus sécuritaire qu’avec une personne qui ne sait pas ce qui se passe dans son pantalon.

#5  Il se peut que vous passiez des heures à vous préparer devant votre miroir et que vous ayez répété un monologue parfait des centaines de fois. Malgré tout, vous êtes figé(e) à l’idée de l’exécuter en personne. Si vous ne trouvez pas le courage de débuter la conversation, dites simplement : « j’ai quelque chose à te dire ». Avec ça, plus moyen de reculer, même pas d’un millimètre. Vous n’avez plus qu’à respirer un bon coup et commencer votre discours.

Et après… ?

Il est possible que votre nouvelle demande un certain temps pour se digérer et c’est normal. Rappelez-vous quand vous l’avez appris vous-même et soyez ouvert aux questions de votre partenaire. Proposez-lui du temps pour y penser, et pourquoi ne pas aller voir une sexologue, votre médecin, une personne ressource ou un groupe de soutien pour répondre à ses questions. Cela va vous aider, en duo, à développer des stratégies pour vous adapter.

On ne pourra jamais prédire une réaction, mais l’important, c’est que vous l’ayez dit. Et vu que vous l’avez si bien fait, toutes les chances sont de votre côté ! Si toutefois un(e) partenaire a la frousse pour un petit herpès, eh bien… votre herpès vous a protégé d’une personne qui n’est pas à votre mesure. Mais soyez tranquille, avec ces stratégies, vous risquez fortement de gagner votre pari.

Bon courage !

Morag Bosom

À lire : Comment réagir à une divulgation d'herpès

__________________ 

ATELIERS SEXOLOGIQUES 2017
On SEXplique tout sur l’herpès

Animatrices : Morag Bosom et Patricia Deland,  stagiaires en sexologie

Pour répondre aux besoins des personnes vivant avec l’herpès

7 février : Atelier 2 – Une sexualité satisfaisante
21 février : Atelier 3 – L’acceptation du virus
7 mars : Atelier 4 – L’image corporelle
21 mars : Atelier 5 – Les enjeux du dévoilement
4 avril : Atelier 6 – Les compétences liées au dévoilement

de 18 h à 20 h
Au CAPAHC, 2000 rue Notre-Dame Est, suite 502 (près du métro Papineau)

C’est gratuit ! Communiquez avec nous à
[email protected] ou au 1-844-847-4242 pour vous inscrire.